Avertir le modérateur

30 janvier 2008

Insolite : Billet d'humeur : Pourquoi on pirate Windows

On le sait "Pirater c'est mal" et nuit à l'innovation sans oublier le fait que cela fait perdre de l'argent aux ayants droits (éditeurs de logiciels propriétaires, artistes de musique, etc.) aussi les éditeurs bataillent ferme contre les voyous qui bafouent la Propriété Intellectuelle, on se posera alors la question de savoir Pourquoi on pirate Windows alors que Linux c'est gratuit ?


Après des années de laxisme en matière de lutte contre le piratage de ses applications, Microsoft est rentré en guerre contre les tricheurs et les menteurs, renforce son dispositif de lutte anti-piratage comme le WGA (Windows Genuine Advantage) et le OGA (Office Genuine Advantage) dernièrement, mais Pourquoi Pirater Windows ?

Le Journal de la Next-Gen tente sans prétention apporter quelques éléments de réponses à cette question du piratage.

Notre jeune génération qui est venue au monde avec un PC portable et un baladeur numérique dans le berceau pense que tout ce qui circule sur le Net est gratuit, et bien non, qu'on se le dise, la notion de Propriété Intellectuelle n'est pas un vain mot et les ayants droits (ceux qui vivent de leur Propriété Intellectuelle) n'entendent pas céder une once de terrain sur cette question.

Qu’est-ce que la propriété intellectuelle?

Par propriété intellectuelle, on entend les créations de l’esprit : les inventions, les oeuvres littéraires et artistiques, mais aussi les symboles, les noms, les images et les dessins et modèles dont il est fait usage dans le commerce.

La propriété intellectuelle se présente sous deux aspects : 

La propriété industrielle d’une part, qui comprend les inventions (brevets), les marques, les dessins et modèles industriels et les indications géographiques.

Le droit d’auteur d’autre part, qui comprend les oeuvres littéraires et artistiques que sont les romans, les poèmes et les pièces de théâtre, les films, les oeuvres musicales, les oeuvres d’art telles que dessins, peintures, photographies et sculptures, ainsi que les créations architecturales. 

Les droits connexes du droit d’auteur sont les droits que possèdent les artistes interprètes ou exécutants sur leurs prestations, les producteurs d’enregistrements sonores sur leurs enregistrements, et les organismes de radiodiffusion sur leurs programmes radiodiffusés et télévisés, dixit l' Organisation Mondial de la Propriété Intellectuelle.

Pour les extraterrestres qui débarqueraient sur terre, qu'ils sachent qu'il n'y a pas que Windows dans la vie, Mac OS/X le dernier né d'Apple et les diverses Distributions Libres peuvent rivaliser sans honte, avec l'hégémonique Redmondien.

Toutefois, même si le choix existe,  à ce jour l'utilisateur néophyte peut opter pour du PC sous Vista, du PC sous XP, du PC Linux et du Mac, mais les diverses études le montrent, c'est Windows que l'on pirate et pas Mac OS/X et sûrement pas Linux, alors en toute légitimité on se posera la question : 

Mais Pourquoi donc pirater Windows  :

Alors qu'ils existent moult alternatives  de plus en plus crédibles et conviviales à Windows, c'est Windows que l'on pirate, on trouve même sur les marchés de Printemps de Tokyo des versions de Windows Vista pour à peine quelques euros (enfin convertis dans notre monnaie).

1/ On pirate Windows à cause de son prix :

Effectivement, le prix de l'outil informatique (ici le logiciel) en est son vrai problème :

  • Windows Vista vaut de 100 à 500 euros suivant les versions de la Basique à l'Ultimate
  • Windows XP + SP2 vaut 230 euros
  • Les OEM de Windows meilleur marché valent aussi quelques dizaines/centaines d'euros
  • Mac OS/X 130 euros
  • Linux (on parlera ici en terme générique qui englobe les distributions : Ubuntu - Mandriva - Debian - Knoppix - etc) ça c'est gratuit.

Il ne viendrait à l'esprit de personne de pirater un produit gratuit.

Imaginez, un seul client pour Windows, son prix serait exorbitant, pour la simple et bonne raison que vous seriez le seul à payer l'intégralité du développement, soit un prix de plusieurs milliards de dollars.

 

Microsoft, éditeur de logiciels est avant tout une société commerciale, le profit règne en maître et pour toucher toutes les couches de consommateurs, ajuste ses prix en fonction de sa clientèle, cela parait injuste, mais notre marché repose sur un tel système économique

Les monsieur Jourdain du PC (vous et moi) achètent au prix fort, les PME et PMI achètent un autre prix, les quotas comme on les appellent, l'Enseignement/Administration achète avec des rabais de 60 à 70 % du prix de base, une politique de Microsoft de favoriser l'enseignement entre-autre.

Quand aux autres, quelque soit leur prétexte (manque d'argent, etc.) ils piratent une version de Windows, au lieu de télécharger une distribution gratuite, de toute façon, ils n'auraient jamais acheté une vraie version de Windows, ils veulent faire comme leur copain, avoir Windows, on se sent moins seul.

2/ La renommée d'un produit :

En quelque sorte, les grands penseurs du marketing, quels qu'ils soient d'ailleurs sont partis d'un axiome séculaire, un produit cher reste forcément meilleur qu'un produit gratuit. Cet adage a encore ses adeptes et se vérifie aussi dans le temps.

Le gratuit demeurant synonyme de mauvaise qualité, ou alors cache dans son sein, un vice, à fortiori s'il est gratuit c'est qu'il n'a pas trouver de clients potentiels, vu son peu d'intérêt et ce, ça aux yeux des plus intéressés, particuliers et/ou PME/PMI. /!

C'est vrai pour certains produits Libres /! , combien d'entres-eux auraient trouvé une application commerciale s'ils n'avaient pas été gratuits ? Mais c'est aussi une question d'appréhension et d'éthique, des facteurs décisionnels si vous préférez.

Décidément c'est le prix qui fait la différence. Les Fashion-Victimes en sont friandes.

Les éditeurs tiers du monde informatique pratiquent la même politique que Microsoft, à l'instar de PhotoShopPro qui coûte la peau des fesses pour les PME/PMI, avec un prix hallucinant de 1100 euros avec des corrections saisonnières .

Les amateurs éclairés se contentant et à juste titre du PhotoShop Element pour moins de 90 euros, sans compter les versions piratées de PSP qui circulent même chez les étudiants fauchés et chez les autres.

Alors qu'il existe The Gimp, gratos !

3/ Des parts de marché en plus :

En terme de retombées marketing, un produit gratuit ne rapporte rien, voire coûte de l'argent notamment en raison de son déploiement.

A défaut d'un produit gratuit, mieux vaut le démocratiser en déclinant son prix pour qu'il soit accessible à tous.

Le revers de la médaille reste qu'il attirera néanmoins les tricheurs et les menteurs qui voudront profiter du produit sans le payer.

Le piratage encourage surtout le gain des parts de marché pour les éditeurs, les tricheurs et les menteurs contribuent donc à être les meilleurs ambassadeurs de Microsoft par leurs actes délictueux.

Par cet acte de piratage, ils encouragent et "forcent" donc l'utilisation du produit de Microsoft, ils craquent la (pseudo) protection et revendent à leur entourage le précieux Windows ou Office, pour le prix du CD ou du DVD vierge.

Ils font donc, ce que l'on appelle du marketing viral, une forme de marketing qu'à choisi Firefox pour s'installer sur le poste de l'utilisateur, mais là c'est du vrai marketing viral poussé par une communauté d'aficionados qui ont goutté au produit et quand la cuisine est bonne on doit le faire savoir.

Plus il y a aura de piratage de Windows ou d'Office et à plus les utilisateurs se tourneront vers des versions licites de leurs produits, ne serait ce que pour profiter des bonus, sans compter que les protections se renforceront.

Et puis craquer une nouvelle version d'un éditeur renforce la notoriété du pirate qui va de ce fait, distribuer le "crack" à ses compères pour ne pas qu'ils soient en reste !

Le serpent qui se mord la queue, quoi !

4/ Autres considérations :

En réalité, on ne pirate que des produits de qualité, à l'instar de ceux des Cartier, Armani et autres Minneli en tous genres, car ils font envie.

Ces produits ont donc de la notoriété sur le marché et font preuve de référence, à l'instar de Windows et d'Office, qui couvrent 95 % de notre belle planète.

On pourra alors considérer que Windows et Office restent des produits de qualité et qu'ils sont devenus de véritables incontournables du monde informatique.

De plus et ce, malgré la compatibilité qui existe entre les formats de Microsoft Office et ceux d'OpenOffice, on choisit Microsoft Office pour rester en parfaite compatibilité avec ses contacts.

On parle ici de la compatibilité du document électronique du produit et non celle du document papier, mais le courant porteur du moment se nomme "Interopérabilité" un vain mot obscur pour le quidam, mais une nécessité absolue si l'on veut pérenniser ses documents en s'affranchissant du système d'exploitation, mais ça, c'est aussi une autre histoire.

Saupoudrez le tout par des prises de positions de personnalités qui donnent leur avis sur un produit à l'instar d'un certain ministre qui disait :

"OpenOffice c'est très bien pour faire "mumuse" mais dès qu'il s'agit de choses sérieuses, alors c'est Microsoft Office qu'il faut utiliser"

Ou à l'instar de la réflexion du pétillant PDG de Microsoft, Steve Ballmer qui a autant d'humour qu'une tronçonneuse et affirmait que :

"Linux est un cancer et qui plus est, anti-commercial"

On comprendra alors, le pourquoi du comment des choses.

Conclusion :

Windows et Office sont donc des produits chers et de qualité, ils sont donc la cible des vauriens qui brilleront sous les feux de la rampe pour avoir explosé le gardien de la Propriété Intellectuelle.

Ces vauriens deviendront par ce fait, des "dealers" qui ne fourgueront pas de drogues, quoique, mais des versions pirates de Microsoft, renforçant ainsi l'hégémonie du Géant américain, sans que cela ne lui coûte un kopeck.

Le pire étant que par leurs actes, ils barrent la route aux alternatives, les condamnant à jamais, à ne pas dépasser le stade d'alternatives peu employées.

Un autodafé qui coûte donc cher à tous les acteurs du monde Libre, rendant par cet acte, le fait que Windows et Office deviennent des incontournables, indispensables à la bonne marche économique des pays.

Tout un chacun agira suivant ses convictions dans ce domaine du piratage, toutefois, nous sur Le Journal de la Next-Gen voici notre politique :

  • a) Si des logiciels comme Windows, Office sont payants, alors achetez les, si vous les utilisez.
  • b) Si des logiciels comme Linux ou OpenOffice sont gratuits, alors faites un don aux développeurs qui en ont grand besoin.

Tout travail mérite salaire, que cela soient les salariés de Microsoft ou les bénévoles de l'OpenSource, tout à chacun a droit de se voir récompenser pour son travail.

Vous ne cautionnez donc pas le piratage et qui sait contribuerez alors au développement des alternatives !

09:35 Publié dans Insolite | Lien permanent | Commentaires (19)

Commentaires

Salut,

je suis d'accord avec toi sur la conclusion.

Je ne suis pas d'accord sur plusieurs points dont celui qui précise que Microsoft pratique une politique de prix au rabais (au niveau de l'Éducation) afin de favoriser l'enseignement. Même si ce n'est pas "cher", cela fait toujours des millions d'euros que nous pourrions utiliser afin de mettre plus de moyens matériels ou humains dans les écoles.

Une question : as-tu demandé l'accord de LUCAS Film pour ton avatar ? ;)...

Écrit par : olive | 30 janvier 2008

La démarche de Microsoft de faire des escomptes à l'Education n'est pas juste humanitaire mais aussi interessée ;

Ce serait l'idéal de voir les économies réalisées affectées à l'amélioration matérielle et humaine de nos écoles.

Hélas le contexte reste tout autre, il suffit de voir que les économies des licences Windows faites par l'adoption des Logiciels Libres dans nos administrations n'ont pas apporté un bien être supplémentaire dans nos écoles/administrations

Au contraire, les suppressions de postes vont grand train.

Mais oui, toutes les images incluses dans les textes des articles ont l'accréditation de leurs auteurs.

Pour Lucas, j'attends la réponse suite à un courrier que j'ai envoyé.

Dans le cas contraire si une image n'a pas encore reçue son assentimment (celle de l'auteur) je mets un lien direct cliccable qui dirige vers le site de l'auteur.

Mais pour l'avatar je peux pas modifier le code HTML du portail de 20 minutes pour y insérer un lien hypertexte.

Pourvu que la Force soit avec moi, je ne me verrais pas travailler comme prisonnier à la construction de l'Etoile Noire .

Écrit par : JerryG | 30 janvier 2008

Erreur monumentale : les logiciels GNU/Linux ne sont pas piratables parce qu'ils sont gratuits, ils sont impiratable parce qu'ils sont libres, leur licence autorise (et même encourage) la copie, la redistribution et la modification selon certaines conditions. Le terme "piratage", mis en vogue par l'industrie du divertissement aujourd'hui, vient d'une violation du copyright, ce qui est totalement différent du vol qui est sous-entendu, une fois de plus, ici. Le vol est la privation du bien [matériel] d'autrui au bénéfice de son nouveau possesseur illégitime, une copie n'a pas cet effet.

L'aspect pécuniaire n'entre strictement pas du tout en compte dans ce cadre bien précis.

Écrit par : Croââ | 31 janvier 2008

Hum !

C'est bien ce que j'ai écrit : On ne pirate pas Linux parce que c'est gratuit ;)

Écrit par : JerryG | 31 janvier 2008

La connaissande ce Jerry G en matière de propriété intellectuelle est aussi limité que ses connaissances informatiques.

Comment cela Linux ou un logiciel libre ne se pirate pas ?

Cela se pirate. Parfaitement. Si vous voulez tous comprendre comment on pirate un logiciel libre LISEZ LES LICENCES.

Certains s'y sont essayés. Et ont mordu la poussière. Ce fut le cas de Dlink.
Ce fut le cas aussi de SonyBMG et leur rootkit.

Deuxièmpe chose: logiciel libre n'a JAMAIS voulu dire gratuit

Écrit par : vicenzo | 31 janvier 2008

On joue sur les mots.

On ne pirate (au sens premier du terme) pas un logiciel gratuit, où est l'interet ?

On ne pirate pas Firefox ou The Gimp, voire meme OpenOffice, c'est gratuit et suivant les licences ont peut modifier, distribuer et meme vendre ses modifs du code source tout en faisant remonter l'information.

On pirate surtout des logiciels propriétaires (Windows, Office, PSP, etc.) mais pas un logiciel gratuit.

Mais les Logiciels Libres ont aussi des termes de licences aussi complexes que ceux de Windows, Office, etc.

On se rappelera les guerres au sein même de l'OpenSource pour des questions de licences.

Écrit par : JerryG | 31 janvier 2008

Ta réponse est la preuve flagrante que tu n'as rien compris.

Commence donc par lire la licence GPL. Ne pas la respecter c'est pirater AUSSI. je ne joue pas sur les mots. Faut te le dire comment ?

Et logiciel libre, tout le monde se tue à le dire, sauf toi qui dit le contraire, n'a JAMAIS voulu dire gratuit.

Écrit par : vicenzo | 01 février 2008

Pour Pirater :

C'était dans le sens que sur les marchés ont trouvent des DVD de Windows pour quelques euros et pas de DVD de Linux.

Mais nous sommes d'accord ne pas respecter la GPL c'est aussi "pirater" mais dans une autre mesure.

Quant à dire que les LL sont gratuits c'est vrai aussi, d'ailleurs c'est pourquoi la Gendarmerie a opté pour des PC Linux, pour économiser le prix des licences Windows, les licences Ubuntu sont gratuites.

Mais je te l'accorde le premier sens de FreeSoftware c'est qu'il est Open (ouverture de son code) et par économie, Free (gratuit) .

C'est aussi pourquoi à matériel égal, les PC Linux sont moins chers que les PC Windows car la licence est gratuite.

CQFD ?

Écrit par : JerryG | 01 février 2008

Ben toujours non. Pas CQFD et c'est toujours faux ...

Exemple: la Corporate de chez Mandriva est payante.
La Power Pack aussi.

La Fedora est gratuite mais une distro RedHat pro est payante
Turbolinux, sauf erreur et de mémoire n'a aucune version gratuite

On doit pouvoir multiplier les exemples .

Écrit par : vicenzo | 02 février 2008

On peut pirater sans problème un logiciel en licence GPL ou GNU ...
Il suffit de ne pas recopier la licence lorsqu'on donne le programme (ou l'OS) à quelqu'un.
Si on applique la procédure :
j'ai le droit de vendre une Mandriva Free, pour 10 000 euro (le client serait un peu con, mais j'ai le droit) tant que je copie bien la licence qui l'accompagne.
Je n'ai pas le droit de la donner gratuitement sans la licence !

On dit bien "libre" (pas gratuit) !
Et il y a bien une licence.

Oui je sais je chipote ...
Sinon oui très bon l'article !!!

Écrit par : cruipee | 07 février 2008

Merci pour cette précision.

MERCI pour avoir apprécié mon article ;)

Écrit par : JerryG | 07 février 2008

yep ...
J'ai même déjà envoyé le lien à plusieurs potes !!!

Écrit par : cruipee | 08 février 2008

Eh, formidable si tu fais connaitre le JDNG à tes amis, c'est la meilleure forme de communication.

Je te remercie, ils pourront ainsi s'inscrire à al Newsletter.

;)

Écrit par : JerryG | 08 février 2008

Il manque un petit point à cet article qui est pourtant évoqué souvent par ceux qui piratent windows: les jeux. Hors de windows point de salut. (oui oui, il y a 2-3 jeux qui marchotent sous linux...). Cela ne justifie pas le piratage mais cela explique en partie que windows soit piraté. Et cela me semble bien plus justifié comme explication que l'argument à 2 francs 6 sous: "un produit cher reste forcément meilleur qu'un produit gratuit. ".

Par contre, je serais plutôt daccord avec "ils veulent faire comme leur copain, avoir Windows, on se sent moins seul." mais j'irais plus loin, c'est aussi une bête question d'habitude... Ce n'est pas pour rien que les logiciels sont bradés pour l'éducation...

Enfin, "Notre jeune génération qui est venue au monde avec un PC portable et un baladeur numérique dans le berceau pense que tout ce qui circule sur le Net est gratuit, et bien non, qu'on se le dise, la notion de Propriété Intellectuelle n'est pas un vain mot et les ayants droits (ceux qui vivent de leur Propriété Intellectuelle) n'entendent pas céder une once de terrain sur cette question" ce passage me semble réaliste. Il suffit de voir le cas radiohead, où certains ont été piraté l'album sur le p2p alors qu'ils pouvaient l'avoir gratuitement et légalement sur le site de Radiohead.

Écrit par : nemo | 24 février 2008

Merci pour ce complément d'informations, tant sur le jeu vidéo que sur les habitudes en faveur de Windows.

Quant à l'album de RadioHead, c'est vrai, quelle stupidité .

Écrit par : JerryG | 24 février 2008

2 ou 3 jeux sous Linux ???
Ça doit faire un baille que tu n'as pas du utiliser Linux, il y a une quantité de jeux libre vraiment très importante (3 D et tout) ...
et surtout beaucoup de jeux windows peuvent y être installer (en mettant juste un petit peu les mains dans le camboui) avec wine et très simplement avec cedega ...

Écrit par : cruipee | 25 mars 2008

Bien sûr que Linux sait jouer.

Mais ici je parle en nombre et en genre et sans casse-tete car configurer Wine ce n'est pas simple pour le monsieur Jourdain du PC.

Contrairement à Windows où meme ma niece de 8 ans si cliquer sur Accepter et suivant.

Juste pour info, Le Journal de la Next-Gen est devenu un site Web à part entiere et c'est à cette adresse :

http://www.info-utiles.fr

Écrit par : JerryG | 25 mars 2008

Ben pour les jeux libres, c'est encore plus simple que windows pour ceux qui utilise Mandriva ou Ubuntu ...
Il suffit de cliquer sur "installer nouveau programme" et ce laisser guider...
Bien plus simple que sortir, chercher dans les rayons et ensuite rentrer en espérant ne pas s'être tromper de version...

Écrit par : cruipee | 25 mars 2008

Nous sommes d'accord, mais avec moins de 1 % de Pc Linux, on comprendra que les éditeurs de jeux vidéo préfèrent Windows.

Quand aux jeux libres, oui c'est du tout bon dans leur installation.

Maintenant au niveau du gameplay et des graphismes de ces jeux nous les joueurs sur Windows (FPS/STR/RPG) ont attend autre chose.

Tu t'imagines bien que nos PC sont des machines de "Ouf" alors ont cherche des jeux comme Stalker, TimeShift, Crysis, etc.

Mais on se souviendra que peu importe le vin, pourvu que l'on ait l'ivresse

;)

Écrit par : JerryG | 25 mars 2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu